Comment nous exerçons la pratique dans le département ventes de Practime - Interview de deux apprenants

  • Jahelle Honegger

Dorian et Camille ont 17 ans. Ils ont commencé le Cifom-Ester, en filière commerciale en 2013. Une demi-journée par semaine depuis 3 ans, ils quittent leur casquette d’élève pour devenir les employés de commerce de Practime, entreprise de pratique commerciale active dans la vente par correspondance de montres. Ainsi, ils commercent avec une clientèle se trouvant dans les autres epco du réseau Helvartis*. Camille souhaite plus tard se diriger vers le métier « socio-éducatrice » et partir en maturité santé sociale à la HES. Dorian, hésite à faire des études en psychologie ou à devenir enseignant.

Quand avez-vous commencé votre formation au Cifom-Ester ? Et comment avez-vous vécu vos premières demi-journées dans l’epco.

Dorian : Nous avons tous les deux commencé en 2013. La première journée était stressante. J’étais surpris du côté pratique dans une école à plein temps.

Camille : Surprise aussi, je ne savais pas à quoi m’attendre, j’étais un peu intimidée par l’ambiance professionnelle, je n’avais que 15 ans.

Qu’est-ce que c’est Practime pour vous ?

Dorian : Quand je pense à Practime, je vois d’abord mon évolution dans l’apprentissage de mon savoir-faire et de mon savoir-être et j’en suis super fier. J’ai même pu participer à une foire commerciale et être considéré comme un vrai assistant commercial.

Camille : Depuis que je suis à Practime, je me suis développée à travers les différents départements, notamment la vente. J’ai appris à remplir des formulaires complexes de transport pour l’exportation, j’étais d’ailleurs la première à le faire et je suis fière aujourd’hui de pouvoir transmettre mon expérience à d’autres élèves qui ici sont mes collègues de travail.

Quelles sont les tâches que vous avez exercées dans le département ventes ?

Dorian : Je me suis essentiellement occupé du traitement des commandes. Nous recevions les commandes des autres epco suisses ou étrangères (entreprises de pratique commerciale du réseau Helvartis et du réseau Europen-pen international) par courrier, par email ou par téléphone. L’usage des langues était recommandé.

Camille : Pour le traitement des commandes, il faut d’abord préparer la livraison. A Practime, les montres que nous vendons, sont des boites cubiques vides avec la photo de la montre dessus. Nous avons un véritable stock dans une armoire. Quand il n’y a plus de montre, il faut demander aux achats d’en recommander. Ensuite, nous préparerons un paquet et les pièces client (confirmation de commande, bulletin de livraison et facture) à l’aide d’un programme nommé SAGE. Je m’occupe depuis 1 an des commandes étrangères. Je travaille avec des programmes mis en place par Helvartis, nommés Transcargo et Xpedia. Cela me permet de préparer le transport de mes livraisons à travers la Suisse ou à l’étranger.

Quels sont les produits que vous vendez et d’où viennent-ils ?

Dorian : nous avons un fournisseur qui est une autre entreprise de pratique commercial d’Helvartis. C’est le département achat qui reçoit l’ordre de commander les montres (les boites vides bien sûr). Quant à l’image de nos montres, nous avons une maison marraine* qui met à notre disposition l’image des produits qu’elle vend. Nous travaillons actuellement avec les montres disponibles chez VAC.

Qui sont les clients à Practime ?

Dorian : Les 60 epco de Suisse lié au réseau Helvartis et 3 epco liées au réseau Europen-pen international. Pour mémoire, une epco c’est une entreprise de type import-export, composée de 6 départements (achats, ventes, rh, comptabilité, secrétariat, marketing). C’est une reproduction d’une entreprise réelle, mais travaillant dans un réseau virtuel. Il n’y pas de flux d’argent réel (mais paiement par internet comme dans la réalité). Il n’y a pas non plus de livraison effective (mais bulletin de livraison, document de transport, facture, etc.). Helvartis a mis également en place des services tels que la poste, la banque, la tva, les transports, la douane, et les assurances sociales.

Quels sont les moyens que vous mettez à disposition à Practime pour promouvoir vos produits ?

Dorian : Le département marketing, s’occupe de créer un catalogue par année. Ensuite il y a des publicités sous forme d’affiche qui sont envoyées régulièrement aux autres epco. Parfois, il nous arrive de faire de la vente par téléphone pour proposer une offre.

Comment recevez-vous les commandes ?

Dorian : Par e-mail, courrier ou téléphone, cela dépend de l’epco. Camille : J’ai également traité avec des clients en Tunisie et au Canada (par e-mail et par téléphone).

Est-ce que vous avez communiqué avec d’autres langues que le français ?

Dorian : Oui et c’est assez stressant, mais on a finalement réussi à comprendre notre client et à se débrouiller pour prendre la commande.

Dans l'epco, il n'y a pas de marchandise réelle, comment avez-vous développé l'aspect de la marchandise et du stock ?

Camille : Quand nous avons commencé Practime, en 2013, l’epco fonctionnait avec un stock virtuel de montre représenté par des petites cartes à l’effigie de la montre. Aujourd’hui, le système du stock a évolué. Les petites cartes ont été remplacées par des boites en carton qui ressemblent à des vrais packagings de montres. Nous avons une grande armoire, ou les boites de montre sont rangées par gamme. Nous avons des normes de stock à respecter (stock minimum, stock de sécurité, cadence de rotation de stock). Ce sont des choses que nous apprenons aussi pendant nos cours à l’école.

Dans une epco, il n'y a pas de marchandise réelle. Comment avez-vous développé l'aspect de la marchandise et du stock ?

Camille : Quand nous avons commencé Practime, en 2013, l’epco fonctionnait avec un stock virtuel de montre représenté par des petites cartes à l’effigie de la montre. Aujourd’hui, le système du stock a évolué. Les petites cartes ont été remplacées par des boites en carton qui ressemblent à des vrais packagings de montres. Nous avons une grande armoire, ou les boites de montre sont rangées par gamme. Nous avons des normes de stock à respecter (stock minimum, stock de sécurité, cadence de rotation de stock). Ce sont des choses que nous apprenons aussi pendant nos cours à l’école.

Pouvez-vous décrire une expérience concrète que vous avez vécu en ventes et quelles conséquences vous en avez tirées ?

Camille : Avec les exportations, j’ai vécu une expérience assez complexe, notamment dans l'utilisation des formulaires de déclaration de douane. J’ai dû demander de l’aide à mes coaches pour remplir les formulaires de transports et de déclaration d’exportation. Par la suite, j’ai appris à être plus autonome en me créant des procédures et des check-lists de contrôle. Avec les exportation on ne rigole pas, il faut être très précis et je suis devenue plus méticuleuse dans mon travail. L’apprentissage des documents de transport est assez long, s’il y a des erreurs, Helvartis nous renvoi les formulaires et nous devons tout recommencer.

Comment avez-vous fait face à la difficulté?

Camille: J’ai dû comprendre par moi-même mes zones de difficulté afin de pouvoir ensuite demander de l’aide aux coaches. Ces expériences m’ont apportés le sens des responsabilités et m’ont permis d’être plus à l’aise en publique. Practime est une epco qui évolue constamment, et je suis fière d’avoir pu contribuer à ce développement en progressant moi-même dans mes expériences professionnelles.

Dorian: Le stress, au début, je ne savais pas comment faire. Mais au fil des expériences, j’ai appris à trouver mon rythme et à gérer le stress qu’il peut y avoir dans l’epco. Aujourd’hui, je suis fier du développement de Practime et je suis confiant pour le futur de l’epco et pour mon futur professionnel.

Comment nous exerçons la pratique dans le département ventes de Practime - Interview de deux apprenants  Comment nous exerçons la pratique dans le département ventes de Practime - Interview de deux apprenants
Comment nous exerçons la pratique dans le département ventes de Practime - Interview de deux apprenants  Comment nous exerçons la pratique dans le département ventes de Practime - Interview de deux apprenants

*Qu’est-ce que c’est le réseau Helvartis ?

Le réseau helvartis est une organisation à but non lucratif (tout est réinvesti dans le développement du réseau). L’objectif est la formation de demandeurs d’emploi, de personnes à l’assurance invalidité et des étudiants et apprentis du secteur tertaire.

En résumé Helvartis c’est  une cinquentaine d'entreprises en suisse

Helvartis fait partie du réseau Europen-pen international qui réunit 6’000 epco à travers le monde, représentant 42 pays.

 

 

*Qu’est-ce que c’est une maison marraine ?

C’est une entreprise qui met à disposition de l'entreprise de pratique commerciale des produits et/ou du matériel à des fins d'exposition pour les foires d'entreprises de pratique commerciale et, éventuellement, de manière permanente dans ses locaux. Elle offre une collaboration active au niveau marketing/vente, par exemple en participant régulièrement à des séances de travail dans l'entreprise de pratique commerciale ou en offrant des temps de formation par des spécialistes. Elle permet aux stagiaires de l'entreprise de pratique commerciale de visiter les départements administratifs, voire la production, afin de leur offrir une image du fonctionnement de l'entreprise. Elle soutient régulièrement l'entreprise de pratique commerciale dans ses démarches de communication. Elle soutient aussi l'entreprise de pratique commerciale dans ses démarches de placement de stagiaires.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog